Adresses
  Clubs/Asso - Pensions
  Elevages - Dressages
  SCC-FCI - SPA - Plages
  Sites web/liens canins
  Autre
  Inscription
  Doc/Conseils
  Les races - Les métiers
  Elevage - Dressage
  Législation - Activites
  Santé - Beauté
  Anatomie - Chasse
  Doc 'Premium' - Vidéos
  FAQ Eleveur - Dresseur
  FAQ Vétérinaire
  Petites annonces
  Consulter - Poser
  Agenda
  Consulter - Annoncer
  Boutique / Produits
  La Boutique - Livres
  Autres / Divers
  Espace enfant - Forums
  Galeries photo - Autres gal.
  Outils Webmaster canins


Contact  

Cynopédie ChiensDeRace.com
Elevage - Gestion de la reproduction
Accès page accueil du site ChienDeRace.com

Que ce soit au titre d'éleveur professionnel/amateur (Cf Rubrique "Doc/Elevages/Avoir son élevage" pour les conditions) ou en simple possésseur de chien, la reproduction est toujours une période délicate. Le chapitre ci-dessous vous guidera dans cette démarche.
Articles pour chiens Polytrans
Mise bas - naissance



Quand a lieu la reproduction ? Haut de page 

Les femelles sont habituellement en chaleur tous les six mois, mais l'intervalle peut être plus court ou nettement plus long. Chez certaines races, la chienne n'a qu'une saison de chaleurs par an. Les chaleurs sont parfois irrégulières, mais rien d'anormal à cela. L'ensemble du phénomène dure environ trois semaines.
L'âge idéal pour faire saillir une chienne se situe à la deuxième ou troisième saison de chaleurs. Le meilleur moment pour la saillie se situe habituellement le douzième jour après les premiers écoulements sanguins, c'est pourquoi il est important d'être attentifs et de ne pas manquer le tout début de l'oestrus. Certaines femelles sont prêtes pour l'accouplement plus tôt ou plus tard, et la meilleure période se situe un ou deux jours après qu'elle soit décidée à accepter le mâle. Elle montrera qu'elle est prête en tenant sa queue de côté et en écartant légèrement les pattes, comme pour supporter le poids du mâle.
Si vous ne pouvez déterminer avec certitude quel est le jour idéal, votre vétérinaire vous aidera en effectuant une série de frottis vaginaux, car les cellules du vagin changent d'aspect au fur et à mesure de l'oestrus.
La période de gestation (c'est-à-dire le temps nécessaire aux chiots pour se développer dans l'organisme maternel) est de neuf semaines. Cependant, une gestation de soixante à soixante-dix jours n'est pas rare, et les chiots peuvent naître avec une semaine d'avance ou de retard. Comme nous l'avons déjà mentionné, les femelles non saillies, ou non fécondées, traversent souvent une phase de grossesse nerveuse qu'il faut déceler rapidement et soigner. Les femelles entrent régulièrement en chaleur tout au long de leur existence; les signes de l'oestrus sont cependant de moins en moins marquées avec l'âge. Elles ne connaissent pas de ménopause comme la femme.



La femelle / Le mâle reproducteur Haut de page 

La femelle
Il est conseillé de ne faire procréer une femelle que si elle a moins de 6 ans. plus de six ans, même si le contraire peut très bien ne poser aucun problème. Si, par malheur, la chienne s'accouple accidentellement aux premières chaleurs, il n'y a rien d'affolant.
Avant la saillie, la femelle doit être en bonne condition physique, sans pour autant présenter un excès de poids. Elle doit être vaccinée, traitée contre les vers, les puces et les poux. Si vous avez des doutes quant à sa santé, faites faire un examen par un vétérinaire.
La grossesse et la lactation, parfois douloureuse, certaines maladies ou défauts peuvent être transmis aux chiots. La dysplasie de la hanche, les insuffisances cardiaques et l'épilepsie sont parfois transmises par voie héréditaire. Certains autres troubles comme une forme de cécité, appelée "atrophie centrale progressive de la rétine", ainsi que l'hémophilie, qui se traduit par un faible pouvoir coagulant du sang, sont des maladies héréditaires. Si votre chienne appartient à une race touchée par ce type d'affection, il est souhaitable de lui faire passer une radio de la hanche ou un examen des yeux par un spécialiste. Votre vétérinaire pourra alors vous conseiller quant à la marche à suivre. La dysplasie de la hanche provoque une boiterie et, dans les cas les plus graves, une difficulté à se lever ou à monter les escaliers. Elle existe chez la plupart des grandes races, et chez certaines, elle est présente chez presque tous les sujets. D'ailleurs, dans certains pays, il existe des diagrammes officiels d'évaluation des radiographies, à partir desquels on délivre une note aux chiens selon l'état de leurs hanches. Un examen fréquent des yeux est indispensable pour déceler une atrophie centrale progressive de la rétine, une cataracte ou une anomalie spécifique à certaines races.
Le mâle
Un bon mâle reproducteur doit présenter d'autres qualités qu'une bonne santé. Il doit être jeune, avoir bon caractère, être un prototype du standard de sa race et ne présenter aucun défaut susceptible d'être transmis génétiquement. Chose assez surprenante, il est arrivé à plus d'un éleveur de planifier un accouplement dont il espérait obtenir une belle portée, voire un champion, pour constater en définitive que mâle et femelle n'avaient "rien à se dire" !
Si on recherche un étalon de qualité, il faut envisager d'avoir à se déplacer.
Les éleveurs recherche les meilleures pédigree pour leur reproduction, et certains animaux d'exposition sont obtenus par croisements en consanguinité : entre père/fille, mère/fils demi-frère/demi-soeur. Cette opération donne de bons résultats lorsqu'elle est réalisée par une personne qui connaît bien les animaux et leurs antécédents, et qui reste consciente du risque d'obtenir des chiots présentant des défauts héréditaires. Néanmoins, il est préférable d'éviter les croisements entre lignées proches.
Si vous vous posez des questions sur les noms à rallonge de la plupart des chiens d'exposition, sachez qu'ils portent un nom correspondant aux deux branches de leur pédigree. Mais en général, un nom cours est plus pratique que "Nickel Du Bois De La Rayere".
Souvenez-vous que tous les chiens ont des défauts, y compris les plus beaux, et qu'en faisant s'accoupler des animaux d'une même lignée, on conserve les tendances de qualités, mais aussi des défauts qui peuvent s'amplifier. L'éleveur honnête sera ravi de vous conseiller sur le choix d'un étalon, mais méfiez-vous des gens qui valorisent à tout prix leur étalon. Souvent, les chiots ne ressemblent à aucun des parents, ou héritent malheureusement du défaut que vous souhaitiez justement éliminer. Toutefois, en règle générale, l'accouplement d'un bon chien et d'une bonne chienne donne une portée comptant au moins un ou deux chiots dignes de participer à des expositions.
Certains propriétaires d'étalons peuvent accepter un chiot plutôt que de l'argent. Demandez, avant la saillie, si vous devrez payer, quel que soit le résultat, ou bien si le propriétaire du mâle autorise une seconde saillie gratuite au cas ou la première n'aurait rien donné. Dans l'idéal, tout arrangement financier doit être porté par écrit, pour éviter les discussions par la suite. Si vous ne souhaitez pas que le propriétaire du mâle choisisse un chiot dans la portée pour se payer, précisez-le également avant la saillie.
Enfin, vous pourrez payer moins cher si vous trouvez le frère, moins célèbre, d'un grand champion et qui peut donner d'aussi bon résultats. Quelle que soit votre décision, prenez vos dispositions largement à l'avance C'est une erreur de croire que l'on acceptera immédiatement votre chienne à la saillie. En effet, les propriétaires d'étalons se montrent parfois très exigeants quant aux femelles devant être saillies par leur chien. Ils peuvent demander à voir le pédigree, une radiographie des hanches, ou tout autre document ayant de l'importance pour l'accouplement. Une mauvaise lignée issu d'un étalon à cause de la mère peut donner une mauvaise réputation à ce dernier.


Démarches administratives AVANT la saillie Haut de page 

Les seules démarches administratives applicables avant une saillie ne s'adressent qu'aux éleveurs (professionnels ou amateurs) désireux de faire reproduire leur chienne et d'obtenir un pédigree pour les chiots qui naîtront.
En France, il est, pour cela, nécessaire de faire une déclaration de saillie auprès de la S.C.C. Vous pourrez vous procurer le formulaire auprès de cet organisme. Vous obtiendrez en retour le formulaire vierge de déclaration de naissance et le formulaire vierge de déclaration de portée qu'il faut renvoyer après l'accouchement pour obtenir les pédigree provisoires de chaque chiot (Cf plus loin).
 
Déclaration Française de saillie


Accouplement et gestation Haut de page 

Lorsque vous pensez que votre chienne est prête pour la saillie, il est préférable de l'emmener au mâle plutôt que de faire venir ce dernier. Les mâles sont, en effet, souvent plus désorientés que les femelles si on les transfère dans un endroit inconnu.
Ne vous inquiétez pas si la saillie est précédé de quelques préliminaires : c'est tout à fait normal. Il est préférable que le mâle ou la femelle se soient déjà accouplés auparavant, car deux animaux inexpérimentés risquent de jouer pendant des heures sans jamais en venir au fait !
Il ne faut pas non plus les laisser seuls trop longtemps, au cas ou la femelle attaquerait le mâle. Bien que cela se produise peu, un jeune étalon peut-être découragé de la saillie s'il est blessé par une femelle qui repousse ses avances.
Les femelles inexpérimentées, nerveuses ou agressives doivent être maîtrisées assez fermement, mais il est inutile de tenir une femelle qui refuse véritablement la saillie. Elle n'est simplement pas prête et il est alors préférable de renoncer à la tentative et de recommencer le jour suivant.
L'accouplement dure assez longtemps: 30mn ou plus. Ceci est dû à une particularité anatomique du pénis du mâle, qui présente un renflement terminal de 5 à 7,5 cm au niveau du gland. Cette partie du pénis est retenue par les muscles vaginaux de la femelle, si bien que les animaux ne peuvent se séparer. C'est ce que l'on appelle "le verrouillage". Les éleveurs attachent souvent une grande importance à la durée de cette phase, mais sa durée (même de cinq minutes) n'influe pas sur les chances de fécondation. Dans certains cas, il y a même conception sans verrouillage, même si l'on estime généralement qu'un bon accouplement ne peut avoir lieu sans.
Il arrive que les chiens s'agitent pendant la saillie et que le mâle pivote, si bien que les deux animaux restent collés par le train postérieur. Lorsque les chiens sont "vérouillés", il faut les tenir ensemble jusqu'au décollement car si ils tirent la chienne peut être gravement blessée. Le traitement par la suite est lourd et la chienne risque la stérilité. Le verrouillage prendra fin, de lui-même, et vous ne devez pas essayer d'intervenir pour séparer les partenaires.
De plus, laisser jouer les chiens après l'accouplement permet de stimuler la femmelle ce qui peut permettre une meilleure montée des spermatozoïdes.
Si votre chienne est saillie par hasard et que vous trouvez les deux animaux accouplés, essayer de les séparer n'y changerait rien car il est déjà trop tard.
Pour obtenir des chiots, il suffit d'une saillie au bon moment. Cependant, si votre chienne présente des difficultés à concevoir, il est conseillé de la faire saillir plusieurs fois pendant l'oestrus, quotidiennement pendant deux à trois jours ou un jour sur deux. Discutez-en avant avec votre vétérinaire et avec le propriétaire du mâle, tous n'acceptent pas cette façon de procéder.
Après la saillie, vous devrez patienter plusieurs semaines avant de savoir si votre chienne est gestante on non. Un vétérinaire peut généralement diagnostiquer une grossesse dès la troisième ou quatrième semaine chez une chienne mince et détendue, en lui palpant l'abdomen à la recherche de renflements de la taille d'une balle de golf. Si le vétérinaire ne peut rien détecter à ce stade, il est préférable d'attendre la septième semaine pour rendre le dépistage plus aisé. Si le médecin est toujours dubitatif, vous pouvez faire radiographier votre chienne car le squelette des chiots partiellement formé apparaîtra sur le cliché. A ce stade, la femelle a un ventre nettement plus gros et des tétines roses et saillantes. Toutefois, des grossesses nerveuses et des douleurs sont parfois très trompeuses ! Même les éleveurs les plus expérimentés s'y sont laissés prendre.
La durée complète de la gestation chez le chien est d'environ 66 jours.

Certaines femelles voient leur appétit décupler pendant la gestation, alors que d'autres deviennent au contraire difficiles. Parfois même, une femelle a des envies particulières vis-à-vis d'un aliment, un peu comme certaines femmes enceintes. Aussi est-il délicat de fixer des règles strictes quant à l'alimentation de la chienne gestante.
Toutefois, aucune nourriture supplémentaire n'est nécessaire avant la sixième semaine, et les femelles présentant déjà un excès de poids avant la grossesse peuvent vraisemblablement se passer de tout supplément, hormis les compléments en vitamines et minéraux. Pendant les trois dernières semaines, donnez 50 % de nourriture en plus, que la femelle préférera prendre en plusieurs fois plutôt qu'en un seul repas, car sa capacité stomacale est réduite. Avant la mise bas, elle refusera toute nourriture.
Vers la fin de la gestation, la femelle aura du mal à se déplacer. Il est toutefois indispensable de la maintenir en bonne forme, aussi devra-t-elle prendre beaucoup d'exercice, de préférence en marchant en laisse, pendant les huit premières semaines.
Lorsque la mise bas approche, la chienne cherche un endroit pour accoucher.
Vous devrez préparez le lieu à l'avance. Dans l'idéal, ce sera un lieu à l'écart, chaud et peu éclairé, comme un grand carton placé dans un coin calme, un débarras ou une remise chauffée pour que la température atteigne 27°C. Si vous devez chauffer l'endroit, notamment en hiver, placez la source de chaleur là où la mère et les petits ne risquent pas de se brûler. Une lampe à infrarouges comme on en utilise pour les porcelets convient parfaitement. Une femelle vivant dans une niche ne sera pas gênée de mettre bas à l'extérieur, pourvu que l'on écarte les autres chiens.
La plupart des éleveurs utilisent des boîtes de mise bas.

La niche de mise à bas :
Vous en trouverez dans votre animalerie; certaines sont très sophistiquées et équipées d'un système de chauffage par le sol. Toutefois, il est très facile de réaliser soi-même ce type d'équipement.
Les femelles de races miniatures se contenteront avec bonheur d'une boîte en carton dont vous aurez parfaitement ouvert un côté. Les femelles de plus grande taille exigent une boîte en bois.
Pour une chienne de taille moyenne pesant environ 22 kg, la boîte idéale mesure 1,20 m de long, 90 cm de profondeur et 16 cm de haut. Il est bon de prévoir un battant d'environ 22 cm de haut, pour éviter que les chiots ne tombent ou sortent hors de la boîte. Equipez également cette dernière d'un tasseau courant à l'intérieur sur trois cloisons, à environ 15 cm du sol, pour que les chiots coincés entre la mère et la paroi ne meurent pas écrasés ou étouffés. Lorsque la boîte est terminée, couvrez le sol de plusieurs couches de papier journal, puis de couvertures et de morceaux de tissu pour que la chienne soit confortablement installée et au chaud. En règle générale, elle devrait trouver ce lit tout à fait attirant, mais si elle n'est guère convaincue, vous devrez la persuader d'y grimper.
Il est important de la familiariser avec la boîte de mise bas suffisamment à l'avance, au risque de la voir accoucher sur votre lit.
 


La naissance Haut de page 

L'accouchement (parturition) se divise en trois phases :
1- Pendant la première, les chiots avancent dans la corne utérine, qui se dilate au fur et à mesure de la progression.
2- La deuxième phase est l'expulsion des chiots à l'air libre.
3- La troisième phase est la délivrance.

La première période dure assez longtemps, notamment lors d'une première mise bas (vingt-quatre heures n'est pas une exception). La température corporelle de la femelle est un bon indice de détection de la parturition.
Lorsque celle-ci est imminente, la température de la chienne chute d'au moins un degré, souvent plus. Vous pouvez prendre sa température avec un thermomètre médical que vous aurez d'abord remis à zéro et lubrifié avec de l'huile de paraffine ou de la vaseline. Introduisez le thermomètre dans le rectum pendant une minute. La température normale d'un chien est de 38,5 °C, mais de nombreux sujets présentent une température inférieure, aussi effectuez deux contrôles quotidiens pendant plusieurs jours avant la parturition. Vous connaîtrez ainsi la température de votre chienne, et pourrez détecter une baisse sans hésitation. A ce stade, prévenez votre vétérinaire pour qu'il puisse intervenir rapidement en cas de complications.
Vous saurez que le travail commence lorsque la chienne refusera la nourriture, et lorsque débuteront les halètements et la préparation du nid. Il est fort probable que la femelle ressente des douleurs abdominales et se montre très anxieuse et agitée. Cependant, inutile de vous inquiéter et d'intervenir, à moins que ces signes ne persistent pendant plus de 24 heures sans évolution. Un examen s'impose alors. Elle est peut-être simplement dérangé par une trop grande agitation de l'entourage, et finira bientôt par s'installer pour accoucher si on la laisse seule.

Au début de la deuxième phase du travail, la femelle s'allonge et commence à utiliser ses muscles abdominaux. Pendant les contractions, elle cesse de haleter, ce qui rend ces dernières encore plus nettes. Un chiot doit apparaître une demi-heure après le début des contractions. Si ce n'est pas le cas, appelez le vétérinaire. Les premières complications proviennent du fait que le chiot se présente le siège en avant. Ceci n'est pas exceptionnel, puisque 40 % des chiots naissent ainsi. Cependant, la forme des pattes arrière ne permet pas une dilatation optimale de la corne utérine, et le chiot risque de rester coincé. Si vous apercevez les pattes postérieures à la sortie de la vulve, vous pouvez les tirer doucement, en même temps que la femelle pousse. Mais, à moins d'être expérimenté, il est déconseillé d'intervenir à tout autre moment.
Lorsque le premier chiot arrive, la femelle le lâche avec enthousiasme et mange la poche des eaux. Parfois, un chiot naît encore enveloppé dans sa poche, et une jeune mère peut ne pas savoir que faire. Dans ce cas, brisez vous-même la poche pour que le chiot puisse respirer, et encouragez la mère à lécher son petit. Ceci stimule le chiot et déclenche sa respiration.
Très vite, il commencera à se tortiller comme un petit rat aveugle à la recherche de la mamelle. Si le chiot ne semble pas vivant, secouez-le tête en bas pour chasser les humeurs de son nez et de sa bouche, et frottez-le vigoureusement avec une serviette pour stimuler la respiration.
Parfois, les chiots sont mort-nés, et il n'y a plus rien à faire. Ils peuvent toutefois survivre un temps incroyablement long sans respirer, aussi poursuivez vos efforts tant que le coeur continue de battre.
Une fois le premier chiot sorti, les autres devraient se suivre à intervalles réguliers d'une demi-heure. Néanmoins, il arrive fréquemment que les chiots se succèdent rapidement, puis que les naissances s'interrompent pendant quelques heures, au cours desquelles la femelle se repose. Il n'est donc pas toujours facile de savoir quand elle a terminée.
Les poches d'eau sont expulsées après chaque chiot, ou bien plusieurs en même temps. De couleur noir verdâtre, il est parfois difficile de les compter car la chienne les mange rapidement.
Si la portée est très nombreuse, il est préférable d'enlever les dernières poches pour éviter que la chienne n'ait la diarrhée. Il est normal qu'elle mange ces poches, aussi laissez-la faire.
Hormis le fait qu'un chiot peut rester coincé, la femelle est parfois frappée d'atonie, c'est-à-dire que l'utérus, fatigué, ne se contracte plus. Ce phénomène peut se produire assez tôt, y compris dès le premier stade du travail, notamment chez les chiennes âgées, chez celles qui ont un excès de poids, ou encore lorsque la portée est trop nombreuse ou insuffisante et ne se compose que d'un gros chiot. C'est ce que l'on appelle l'atonie primitive.
Un écoulement vaginal verdâtre indique qu'une poche d'eau s'est détachée de la paroi utérine, et qu'un chiot est privé d'oxygène. Il signale donc le début du deuxième stade du travail, même chez une chienne qui ne montre aucun signe de contraction. Votre vétérinaire lui fera une injection pour encourager le redémarrage des contractions, mais souvent cela ne suffit pas, et il faut réaliser une césarienne.
L'atonie secondaire apparaît lorsque la chienne est épuisée après la mise bas d'une grande portée dont la naissance des premiers chiots a été difficile. Ce type d'atonie se traite mieux avec une injection, mais si plusieurs chiots restent encore à naître, votre vétérinaire peut vous recommander une césarienne.
Pendant la mise bas, offrez régulièrement à boire à votre chienne, même si elle refuse de manger. Lorsque vous pensez qu'elle a terminé, appelez le vétérinaire pour qu'il puisse vérifier que tous les chiots ont bien été expulsés.
Il fera, de plus, une injection à la mère pour que l'utérus reprenne sa forme initiale.
Si votre chienne a un long pelage, elle aura besoin d'une bonne toilette; vous laverez aussi la boîte de mise bas. Si vous pouvez la persuader de laisser ses chiots pour aller uriner dehors, profitez-en pour tapisser la boîte de papier journal propre et rafraîchir un peu votre chienne.
Lorsque la femelle est de nouveau installée dans la boîte avec ses chiots, vous pouvez lui proposer un repas léger; du lait, des oeufs brouillés, un peu. de poisson ou du poulet.
Les jours suivants, augmentez progressivement la ration et faites-lui prendre au moins quatre repas par jour. Les femelles ayant donné le jour à une grande portée ont même besoin de s'alimenter la nuit. A l'issue de deux semaines, la mère devrait consommer au minimum trois à quatre fois son volume habituel de nourriture. Même si la femelle ne souhaite pas quitter sa portée, forcez-la à sortir plusieurs fois par jour. Elle ne doit cependant pas faire de promenade car elle risquerait d'attraper des maladies et de contaminer les petits. La majorité des chiennes aiment leurs petits, même si certaines leur montrent parfois peu d'intérêt. De toute façon, votre chienne devrait se montrer assez satisfaite et retrouver son appétit quatre ou cinq jours après la mise bas. Si elle semble anxieuse, agitée, veut sortir, gratte la terre et mange peu, sachez reconnaître ces signaux d'alarme et appelez le vétérinaire immédiatement.
Le vétérinaire coupera les ergots des chiots avant l'âge de trois jours, ainsi que la queue si vous le souhaitez. Sachez cependant que certains praticiens refusent d'effectuer ces opérations.


Démarche légales et administratives suivant la naissance Haut de page 

Après la naissance des petits, vous devez réalisez les opérations suivantes:
1- Effectuer la déclaration de naissance auprès de la SCC de votre pays.
Cette opération n'est nécessaire que pour les éleveurs (professionnels ou amateurs) désireux d'obtenir un pédigree pour leur chiot ce qui certifie qu'ils sont de pure race (Possible si les parents sont eux-meme de pure race et ont donc un pédigree).
 
Déclaration Française de naissance
2- Vers 6 à 7 semaines, vacciner les chiots.
Le vaccin de base est appelé "primo vaccination". Il est plus que conseillé, obligatoire dans certains pays (Voir avec notre vétérinaire). D'autres vaccins existent cependant et sont conseillés. Consultez la Cynopédie - Rubrique santé / maladies-vaccins pour plus d'informations.

3- Vers 6 à 7 semaines, faire tatouer les chiots.
Par votre vétérinaire, s'il est habilité, en même temps que la vaccination, en général.
En France, le tatouage est obligatoire (décret n°91823 du 28 août 1991; arrêté du 30 juin 1992) pour la vente ou le don de chiens. Il l'est également pour obtenir le pédigree provisoire (puis définitif après confirmation) des nouveaux nés. Consultez la Cynopédie - Rubrique élevage pour plus d'informations sur le pédigree.

4- Effectuer la déclaration de portée auprès de la SCC de votre pays
Cela s'effectue après le tatouage des petits et permet d'obtenir, pour chacun des chiots, le pédigree provisoire (=inscription au Livre des Origines du pays).

Vous pourrez, par la suite, faire effectuer la confirmation des chiots devenus adultes, pour obtenir le pédigree définitif (si les chiots sont toujours en votre possession).
 
Déclaration Française de portée


L'élevage, le sevrage Haut de page 

Une bonne femelle reproductrice, bien nourrie, fera tout le travail pour vous pendant les deux ou trois premières semaines.
Les chiots ouvrent les yeux lorsqu'ils ont dix jours et ils commencent à prendre du poids rapidement. Si l'un d'entre eux semble toujours, à la traîne, il a peut-être une malformation, par exemple le palais fendu, ou bien, s'il appartient à une portée nombreuse, les autres chiots l'empêchent simplement d'accéder à la nourriture et il devient chétif. Même s'il semble en bonne santé par ailleurs, nous vous conseillons de le faire examiner par votre vétérinaire car vous ne pourriez envisager de le vendre s'il présentait par exemple une anomalie cardiaque.
Les chiots en bonne santé passent la plupart de leur temps à dormir, sauf lorsque la faim les tenaille. Ils rampent alors en poussant des cris aigus ou en bourdonnant comme des abeilles. Un chiot malade reste sans énergie dans votre main et rampe lentement en gémissant. Souvent, la femelle le repousse comme si elle ne voulait plus de lui.
Très rarement, des portées entières meurent en bas âge, sans que l'on sache encore précisément pourquoi.
Les éleveurs sont très affectés lorsque ce phénomène survient chez eux. Il semble que le froid soit une des explications, aussi vérifiez que la température est suffisamment élevé lorsque les chiots ne semblent pas aller très bien. Dans le cas d'une grande portée, cela peut provenir du fait que la femelle n'a pas assez de lait ou qu'elle ne laisse pas téter les chiots. En effet, ces derniers ont des griffes très pointues, et les mamelles de la chienne deviennent très douloureuses. La situation peut-être facilement amélioré en coupant l'extrémité des griffes des chiots avec une paire de ciseaux.
Si, par malheur la mère meurt, est trop malade, ou bien si la portée est trop nombreuse, vous devrez allaiter les petits artificiellement. A l'heure actuelle, d'excellents laits de substitution en poudre sont proposés par différents fabricants, et vous devriez en trouver chez votre vétérinaire ou dans une animalerie.
Le lait doit être donné à température corporelle, toutes les deux heures, nuit et jour, dilué dans de l'eau, conformément aux instructions du fabricant.
Les très jeunes chiots ont du mal à s'alimenter sur une mamelle artificielle, et vous serez parfois obligé de laisser tomber le lait goutte à goutte sur sa langue. Lorsque le chiot peut têter, utilisez un petit biberon. Très rapidement, vous saurez dire quand le chiot à terminé son repas, car il piétinera vos genoux avec ses pattes, comme il le ferait avec la mamelle de sa mère. Vous devrez imiter les coups de langue de cette dernière sur l'abdomen du petit en lui frottant le ventre pour l'inciter à uriner.
Lorsque chaque chiot est propre, replacez-le dans la boîte, où vous aurez mis une bouillotte chaude, enveloppée dans une serviette-éponge. A trois semaines, un repas toutes les trois heures suffit, et les chiots apprennent à laper dans une soucoupe. Tous les chiots devraient passer à une alimentation solide à environ trois semaines.
Certains éleveurs utilisent de la nourriture pour bébé, mais les chiots font rarement des difficultés pour avaler de la viande hachée. Commencez par en donner une fois par jour, et augmentez progressivement les quantités jusqu'à quatre ou cinq petits repas quotidiens. Dès que les chiots sont capables de laper du lait et de manger sans difficulté, un aliment équilibré pour chiot devra être introduit dans l'alimentation pour favoriser une bonne croissance du squelette et éviter les malformations. Le régime habituel se compose de deux repas à base de viande et de biscuits, et de deux ou trois repas à base de céréales et de lait.
Si vous souhaitez préparer vous-même les repas de vos chiots, variez le plus possible les menus, et ajoutez un complément en vitamines et en sels minéraux. La viande contient peu de calcium, et les problèmes surgiront si vous ne rééquilibrez pas cette alimentation comme en apportant des minéraux. La farine d'os stérilisée est d'un prix modique et vraiment inoffensive, mais certains chiots l'apprécient peu, aussi remplacez-la par des comprimés de calcium. C'est entre deux et quatre semaines que les réserves en calcium de la femelle sont les plus sollicitées, et des comprimés de calcium lui feront certainement le plus grand bien.
A trois, puis à cinq semaines, les chiots et la mère doivent être vermifugés. Votre vétérinaire vous fournira le produit traitant adéquat. Vous serez peut-être surpris par le nombre de vers que rejettent les petits. S'ils sont très fortement infestés, renouvelez le traitement avant de les vendre, notamment s'il y a des enfants dans la famille d'accueil.
A partir de trois semaines, les chiots essaieront de sortir de la boîte de mise bas, dont vous enlèverez alors le battant.
A quatre semaines, ils commenceront à jouer et à trottiner ici et là, et découvriront comment utiliser leurs pattes.
De quatre à six semaines, ils vous donneront beaucoup de travail car ils sont très espiègles, et tout à fait adorables; ils vous raviront.
Les tâches habituelles de nettoyage, préparation des repas et sauvetage pour les sortir de situations délicates ou dangereuses, constituent un travail à plein temps. Et même si vous êtes ravi, vous réfléchirez intensément pour leur trouver un nouveau foyer.
La chienne se sentira un peu fatiguée de ses petits, et elle voudra passer de moins en moins de temps en leur compagnie. Cependant, une bonne chienne reproductrice apprendra le jeu et la discipline à sa progéniture. Elle les nourrira régulièrement quand ils réclament à manger avec insistance et régurgitera ses propres aliments si vous ne donnez pas d'autre repas.


La vente des chiots Haut de page 

Conditions pour pouvoir vendre un chien:
Consultez la Cynopédie - Législation - Documents/Actes à la vente.

Comment trouver un acheteur ou une famille d'accueil
Il existe plusieurs possibilités pour réaliser la vente de vos chiots :

1- Les relations personnelles (Efficacité: )
La solution la plus simples mais offre un "réseau" d'acheteurs potentiels bien faible.

2- L'éleveur intermédiaire (Efficacité: )
Vous pouvez entrer en contact avec des éleveurs proches de chez vous. Certains accepteront de vous recommander à d'éventuels acheteurs (Une commission peut être à prévoir).
ChiensDeRace.com vous offre la liste des éleveurs de chiens de race.

3- Contactez le secrétariat du club de la race de vos chiots (Efficacité: )
Ceci afin de l'informer que vous avez une portée disponible, en précisant le nombre de mâles et de femelles. Sachez néanmoins qu'il y a souvent surabondance de chiots à certains moments de l'année (comme Noël). Cette période est cruelle pour les jeunes chiots, offert comme des jouets.
ChiensDeRace.com vous permet de trouver les coordonnées de club de votre race.

4- Passez une annonce (Efficacité: )
Vous pouvez opter pour les annonces. Pour rester dans des prix abordables, elle doit être concise, aussi rédigez-là avec soin. Précisez le prix de vente afin d'éviter les nombreux coups de téléphone de personnes désirant avant tout savoir combien elles devront débourser. Mettez un prix même symbolique sur les annonces destinées à des personnes inconnus, afin de dissuadé les indécis. Attendez vous à des rendez-vous non honorés. Lorsque les acheteurs potentiels viennent effectivement, essayez de vous en faire une idée juste rapidement, car vous n'êtes pas obliger de vendre un animal à une personne dont vous estimez qu'elle ne fera pas un bon maître.
ChiensDeRace.com vous permet de passez une annonce sur son réseau Internet.

5- La cession de portée (Efficacité: )
Si les démarches de recherche vous ennuient et que vos chiots sont issus de parents ayant un pédigree, vous pouvez "céder" la portée à un éleveur prêt à les accueillir et les placer sous le nom de son élevage.


Le succès des remèdes naturels Haut de page 

En médecine vétérinaire canine, les infections de l'utérus chez la femelle sont de vraies pathologies qui peuvent rapidement devenir graves. On les appelle des " métrites ", ou infections utérines avec col de l'utérus ouvert. Ces métrites sont facilement diagnostiquables à cause de pertes purulentes au niveau vulvaire, accompagnées quelquefois d'odeurs nauséabondes. Mais il y a aussi ce qu'on appelle les " pyomètres ", ou infections utérines avec col de l'utérus fermé. Celles-ci sont souvent plus graves dans le sens où rien ne permet à l'observation de les constater. Cependant elles s'accompagnent régulièrement d'une altération de l'état général de la chienne concernée, ce qui en soi est un motif de consultation.

Stérilisation, Utérus de la chienne
Utérus normal (à gauche) et à pyomètre (à droite)

Etant donné qu'il n'existe pas de ménopause chez la chienne, les chaleurs continuent longtemps même chez une femelle âgée. Cependant, elles deviennent plus irrégulières, s'étendent sur une durée plus longue. On observe alors chez ces chiennes le développement de kystes ovariens, qui vont sécréter des oestrogènes, ce qui allonge la durée des chaleurs, laisse le col utérin ouvert plus longtemps, donc expose la voie génitale à une recrudescence de germes. Le souci majeur c'est qu'il est difficile de repérer ces métrites, et lorsqu'elles sont diagnostiquées, le vétérinaire se retrouve obligé de faire subir en même temps une ablation des ovaires et de l'utérus à la chienne. Dans le cas des pyomètres (à col fermé), les bactéries qui se sont infiltrées restent au chaud dans l'utérus, le col s'étant refermé après les chaleurs, ces bactéries colonisent la muqueuse utérine, et l'utérus se remplit alors rapidement de pus. C'est extrêmement dangereux car le pronostic vital de la chienne peut être mis en jeu, avec atteinte rénale possible et risque de septicémie.

Il peut aussi exister des métrites du post-partum : elles surviennent généralement à la suite d'une mise bas prolongée, ou à cause d'un placenta ou d'un fœtus non expulsé. Il faut donc toujours bien s'assurer que la chienne ne présente pas de pertes suspectes, malodorantes, purulentes, au niveau vulvaire, après une mise bas. Dans ce cas il faut immédiatement contacter le vétérinaire qui pourra placer la chienne sous antibiothérapie afin d'éviter une infection utérine grave ou une infection uro-génitale. Et le problème est double, car une chienne infectée transmet par l'allaitement à ses chiots un lait potentiellement toxique.

Chez une chienne, il faut savoir que les pathologies utérines sont très majoritairement infectieuses.

Enfin, il y a beaucoup de cas de métrites à la suite de prise de progestatifs injectables (voir article sur ChatsduMonde) = en effet, chez la chienne, le moyen de contraception le plus souvent utilisé est l'injection de progestagènes de synthèses (" piqûres anti-chaleurs "). En effet, la prise de pilule par voie orale est très contraignante chez la chienne et encore plus dangereuse que l'injection qui sera, elle, pratiquée par un vétérinaire après examen général de l'animal. En revanche il est tout à fait déconseillé de pratiquer ce genre de traitement si les chaleurs ont déjà commencé, car le risque d'infection de l'utérus est alors très important, et par ailleurs l'injection risque alors de ne pas avoir d'effet. En cas de doute sur le moment du cycle sexuel de la chienne qui lui est présentée en consultation, le vétérinaire effectuera un frottis vaginal afin de s'assurer que l'animal est dans la période où l'injection de progestatifs entraîne un risque minimal. Mais ces injections répétées de progestatifs ne sont pas conseillées chez la chienne, car du fait des modifications de la muqueuse utérine qu'elles entraînent, le risque de provoquer des infections utérines (plus ou moins rapidement selon la sensibilité de la chienne) n'est pas négligeable.

En résumé, afin d'éviter des infections utérines qui peuvent se révéler très graves pour nos chiennes bien-aimées que nous tenons à garder en bonne santé le plus longtemps possible, il est largement conseillé de faire stériliser la femelle juste avant ses premières chaleurs ou juste après. Cette stérilisation précoce de la chienne a de surcroît un effet protecteur sur les mamelles, évitant généralement le développement de tumeurs mammaires cancéreuses.

Ainsi, si vous avez l'intention d'acquérir une chienne qui ne sera pas destinée à la reproduction, ne lui faites pas courir de risques inutiles = stérilisez-la le plus tôt possible. Vous la maintiendrez ainsi à l'abri de graves infections utérines qui mettraient sa vie en danger.

Merci à Carole B-MORIN, Phyto-Aromatologue spécialisée Canins & Félins pour son article.
Contact : Caromoricerpav@aol.com


 Page précédente: Devenir éleveur de chien        Haut de page        Page suivante : Elever le chiot



Ce site fait parti du réseau NLTechno : www.chiensderace.com -  www.chiens.fr -  www.chiensdechasse.com -  www.chatsderace.com -  www.pourmaplanete.com -  www.lesbonnesannonces.com
Autres minisites dédiés à une race: Tosa -  Berger allemand -  Rottweiler -  Terre Neuve -  Labrador -  Bouledogue français -  Akita-Inu -  Dogue Allemand
Sites amis: Sang et sueur, le jeu en ligne - Webrankinfo
Thumbs : Visual annuary