Adresses
  Clubs/Asso - Pensions
  Elevages - Dressages
  SCC-FCI - SPA - Plages
  Sites web/liens canins
  Autre
  Inscription
  Doc/Conseils
  Les races - Les métiers
  Elevage - Dressage
  Législation - Activites
  Santé - Beauté
  Anatomie - Chasse
  Doc 'Premium' - Vidéos
  FAQ Eleveur - Dresseur
  FAQ Vétérinaire
  Petites annonces
  Consulter - Poser
  Agenda
  Consulter - Annoncer
  Boutique / Produits
  La Boutique - Livres
  Autres / Divers
  Espace enfant - Forums
  Galeries photo - Autres gal.
  Outils Webmaster canins


Contact  

Les conseils pour gérer un chien atteind de Dysplasie ou pour éviter l'apparition de la Dysplasie Accès page accueil du site ChienDeRace.com

Articles pour chiens Polytrans
Matériel chien handicape



LA DYSPLASIE: LES REMEDES. Haut de page 

En maintenant 30 années d'élevage de labradors après n'avoir utilisé, années après années, que des labradors ayant des hanches correctes, j'ai dû me rendre à l'évidence et constater que l'on ne parvenait à prévenir les cas graves de dysplasie que, d'une part, grâce à une nourriture appropriée pendant la croissance, et,  qu'à cet égard, la période de gestation entre en compte, d'autre part, en assurant au chiot un exercice régulier et raisonnable lui permettant de se muscler sans le moindre excès..  

L'argument de vente "Pas de dysplasie des géniteurs" ne garantit en rien l'avenir du chiot.

Pour ma part, j'informe le nouveau maître des risques encourus s'il ne se conforme pas strictement à mes instructions. Sur ces dix dernières années, les rares problèmes rencontrés étaient quasiment chaque fois des cas de non respect de mes conseils, en particulier en matière d'alimentation (exemple : mon vétérinaire trouvait que les croquettes qu'il vend lui conviendraient mieux !), ou de purs et simples accidents. Car enfin un chien n'est pas une mécanique, mais bel et bien un être vivant, il conviendrait de ne pas l'oublier.

Il faut aussi un minimum de bon sens, quand on a été averti de la fragilité des articulations d'un labrador pendant sa croissance, on ne le laisse ni prendre trop de poids, ni monter sur les lits ou sur les canapés, car il risque de se blesser les coudes en en redescendant, et ce d'autant plus que le sol est glissant, comme l'est, par exemple, le parquet. On pense aussi, pour la même raison, à l'aider à descendre de la voiture.

En effet, ce n'est pas parce que la dysplasie des coudes (terme un peu vague englobant une multitude de malformations) n'est pas considérée comme vice rédhibitoire qu'il ne faut pas prendre les mêmes précautions que pour la dysplasie coxofémorale.

D'abord parce qu'elle peut être tout aussi handicapante, ensuite parce que la détérioration d'une articulation chez un chiot en pleine croissance, qui n'est pas élevé dans des conditions environnementales optimales, peut entraîner, par phénomène de compensation, la détérioration d'autres articulations. 

Témoignage : En ce qui concerne les labradors nés et élevés au Valhalla dans des conditions optimales d'élevage, ils peuvent tous se prévaloir systématiquement de hanches excellentes à parfaitement acceptables. Quand je lis sous la plume d'"experts" qu'un labrador de huit ans est un vieux chien, je les mets au défit de désigner tous les chiens de plus de dix ans présents chez moi, et qui y finiront leur vie beaucoup plus tard, 16 ans pour C'Juliette en 2003 par exemple. Comme quoi une alimentation appropriée n'a pas  d'incidence que sur la dysplasie.

Petite anecdote: Mon beau-père suédois était un passionné de chevaux de course. Il avait donc acheté en Angleterre des géniteurs fameux ayant fait leurs preuves en tant que reproducteurs. Il dut se rendre à l'évidence: les produits de ces mêmes géniteurs élevés en Suède, n'avaient plus les caractéristiques de leurs frères de sang élevés auparavant en Angleterre. Parce que les conditions d'élevage avaient changé. De même, si les enfants d'aujourd'hui sont plus grands que les générations qui les ont précédés, c'est en dépit de la génétique.

Si la morphologie du labrador peut le prédisposer à une dysplasie handicapante, j'ai toutefois le sentiment que la qualité de la nourriture administrée sur plusieurs générations,  avec les précautions matérielles à prendre pendant la croissance, constituent aujourd'hui  l'unique parade palpable.

L' un des rares vétérinaires qui ait pu  se targuer d'une véritable expérience d'éleveur est le professeur Quéinnec, un éleveur qui n'élevait pas de races prédisposées à la dysplasie, qui n'était pas concerné par la loi Nallet, qui s'y est opposé parce qu'elle était inique, qui connaissait parfaitement et le système canin, et les véritables implications et enjeux de l'élevage, qui osait s'opposer aux solutions expéditives des professionnels de salons.
 
Ce qui est préoccupant, ce sont les chiens véritablement handicapés, et c'est cela qu'il convient d'éviter, et que l'on peut parvenir à éviter dans la mesure où il s'agit vraiment de protéger le futur acquéreur d'un chien de race. 
 
Le choix d'une race implique que l'on ait été séduit par les caractéristiques de cette race et le propriétaire d'un labrador s'attend légitimement à ce que son chien tienne les promesses de cette race, c'est avec un chien qu'il va vivre, pas avec une radio de hanches à l'imprévisible cotation. S'il s'avérait que son chien ait des hanches parfaites, mais que ce chien, par ailleurs, se révèle atypique, insupportable, épileptique, et devienne aveugle, quand bien même ce chien ne serait affecté que d'une seule de ces tares,  il n'aura aucun recours, sans autre consolation que de pouvoir faire encadrer sa radio tout aussi atypique que ce qui précède, du reste, puisque, ne l'oublions pas, après plus de 50 ans de tentative d'éradication de la dysplasie des hanches chez le labrador, la moyenne demeure le "C" ! (source  BVA qui, annonce entre 2001 et 2005 une moyenne de cotation des hanches du labrador de 15, ce qui correspond à un bon C et n'a pratiquement pas varié depuis que le dépistage est pratiqué depuis 1978. La moyenne était précédemment de 16.)
 
Tout éleveur expérimenté sait, qu'en élevage, il est aussi facile de perdre des qualités qu'il est difficile de les fixer et de les conserver.
 
Sélectionner sur un facteur majeur dont, de surcroît, l'héritabilité n'est toujours qu'une théorie, peut tout bonnement conduire à l'extinction d'une race.
 
Témoin le constat d'échec de la politique génétique menée par la Société Centrale Canine Hollandaise : Contrôle génétique d'une population canine 

"Rappelons qu'héritabilité ne signifie pas transmissibilité génétique comme ce terme peut le faire croire, mais qu'il s'agit d'un rapport mathématique entre phénotype et génotype, exprimant le rapport entre la variance d'origine génétique additive et la variance totale. Il ne prend vraiment de sens génétique que si le déterminisme génétique a été démontré préalablement....

Quelle que soit l'hypothèse retenue, la lutte ne peut porter que sur les allèles responsables. Or ceux-ci sont portés sur un chromosome, avec des centaines d'autres facteurs inconnus. La lutte contre quelques caractères élimine donc avec eux de nombreux autres, inconnus, et peut-être sanitairement plus importants."


















CI-DESSUS DARIUS DU DOMAINE D'EN BAS (5 mois)

CI DESSOUS MON AKEISHA ET SES BEBES.




 Page précédente: A propos de la dysplasie        Haut de page



Ce site fait parti du réseau NLTechno : www.chiensderace.com -  www.chiens.fr -  www.chiensdechasse.com -  www.chatsderace.com -  Autres minisites dédiés à une race: Tosa -  Berger allemand -  Rottweiler -  Terre Neuve -  Labrador -  Bouledogue français -  Akita-Inu -  Dogue Allemand
Sites amis: Sang et sueur, le jeu en ligne - Webrankinfo
Thumbs : Visual annuary